LES  PUBLICATIONS  DE  L'ANTENNE   ICD 06      •La colonne centrale ci-dessous propose à la lecture les articles publiés par ordre chronologique, du plus récent au plus ancien.
     •Pour revenir en début de page, cliquer sur le bouton droit "Haut de page"
     •Pour revenir au début du blog, cliquer sur le bouton gauche "Retour Accueil"

14 mars 2013

L'École des Sables / Architecture comptemporaine


Conception architecturale contemporaine et construction du Centre International de Danses Traditionnelles et Contemporaines d’Afrique à Toubab Dialaw, Sénégal.


L'École est construite à un kilomètre du petit village de pêcheurs de Toubab Dialaw, sur un terrain de 5 hectares au dessus d'une magnifique lagune, avec vue sur la mer et, vers l'intérieur, la savane typique de l'Afrique avec ses symboliques baobabs.


Architecture & Développement, Maître d'Œuvre
L'École des Sables, Centre International des Danses Traditionnelles et Contemporaines Africaines




Lire la suite          ▼

Année : 2001 / 2003
Entreprises locales et Financements européens
Maître d'oeuvre : Architecture & Développement

Projet réalisé pour Germaine Acogny, grande danseuse, chorégraphe, professeur et ambassadrice de la culture africaine Germaine Acogny, danse, chorégraphie et enseigne dans le monde entier. Sa carrière importante, reconnue, lui vaut de nombreuses gratifications en France aux Etats-Unis, au Sénégal. En 1995, elle obtient de l’Union Européenne un financement pour construire un Centre International de Danses Traditionnelles et Contemporaines d’Afrique au Sénégal, lieu d’éducation professionnelle, forum· d'échanges et de rencontres pour les danseurs d’Afrique et du reste du monde.

Le terrain acquis en bordure du village de Toubab Dialaw (1h de Dakar au Sud sur la petite côte) présente un dénivelé progressif de rochers et de sable avec vue sur la brousse. Une entreprise marseillaise  a déjà construit une structure pour toile tendue d’environ 20m de diamètre comme centre de l’école. Il s’agissait ensuite pour Architecture & Développement de concevoir tout un village d’hébergement, comprenant un restaurant collectif, des sanitaires, des chambres, les bureaux administratifs, une salle de réunion, une autre salle de danse moins exposée aux vents, le logement privatif de Germaine Acogny et de son mari Helmut Vogt chargé de l’administration du centre.

En tant que centre d’art, la gageure était de concevoir un lieu à forte valeur architecturale en travaillant autant sur l’esthétique que sur une construction économique, utilisant des matériaux locaux et des techniques architecturales à forte valeur ajoutée de main d’œuvre pour respecter la charte de l’association A&D.

Sur ce terrain aride, il a été décidé de faire émerger  des formes contemporaines richement colorées s’agglomérant ou s’espaçant selon la morphologie très irrégulière du terrain entravé par des rochers.

Les climats chauds impliquent de travailler les espaces extérieurs tout autant que ceux intérieurs. Chaque fonction est individualisée, pour que l’ensemble architectural s’articule avec la nature existante. 

Les maisons sont organisées par petits groupes autour d’espaces extérieurs protégés par des pare-vue végétaux ou minéraux pour favoriser l’intimité et l’échange. Pour des questions économiques, les sanitaires sont groupés, les cheminements extérieurs entre les différents bâtiments seront avec le temps ombragés par la végétation.





Pour envoyer un commentaire, cliquer ci-dessous
                                                 

Aucun commentaire: