LES  PUBLICATIONS  DE  L'ANTENNE   ICD 06      •La colonne centrale ci-dessous propose à la lecture les articles publiés par ordre chronologique, du plus récent au plus ancien.
     •Pour revenir en début de page, cliquer sur le bouton droit "Haut de page"
     •Pour revenir au début du blog, cliquer sur le bouton gauche "Retour Accueil"

06 décembre 2012

Nigeria, arts de la vallée de la Bénoué

"Cette exposition est la première à présenter une vision exhaustive des arts produits par les nombreux peuples qui habitent la région du Nigeria définie par la grande rivière Benoué, l’affluent le plus important du Niger. Elle souhaite proposer une perception juste et dynamique des arts de cette région, berceau de certaines de formes d’art les plus spectaculaires jamais produites en Afrique sub-saharienne."


Peuples de la région du Nigeria qui suit le cours de la rivière   Benoué, affluent du Niger  


Lire la suite 
      ▼

Extrait de la page du Musée du Quai Branly: http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/expositions/a-l-affiche/nigeria-arts-de-la-vallee-de-la-benoue.html

"Fluidité des identités artistiques en Basse Bénoué

 La région du confluent Niger-Bénoué est depuis plusieurs siècles la terre d'accueil de nombreuses populations, et notamment du nord de la Bénoué, qui emportaient généralement avec elles leurs objets rituels. On y trouve aujourd'hui, entre autres, les Igala, les Ebira, les Idoma, les Afo ou les Tiv. Ces peuples se sont progressivement mélangés pour former de nouvelles communautés, permettant ainsi d'échanger idées et styles artistiques avec leurs voisins. Par exemple, les Tiv se sont déployés à partir du sud, créant un lien culturel avec des peuples ayant partagé une même histoire. Les maternités qui protègent la fertilité humaine et agricole constituent un trait culturel commun aux peuples de cette région.
Statuette féminine Idoma, Bénoué, Nigeria © musée du quai Branly, photo Patrick Gries

Moyenne Bénoué : ressemblances visuelles et patrimoine historique commun

La Moyenne Bénoué est la région la plus étendue de toute la Bénoué et la plus complexe en termes d’identification ethnique. Parmi les différents groupes culturels présents dans cette région, l’exposition permet de découvrir les œuvres de près de 10 d’entre eux : les Jukun, les Mumuye, les Chamba, les Wurkun / Bikwin, les Goemai, les Montol, et les Kantana / Kulere.
 Paire de statuettes anthropomorphe Wurkum, Bénoué, Nigeria © musée du quai Branly, photo Patrick Gries, Valérie Torre.
 L’établissement des États musulmans peuls dans la première moitié du 19e siècle et l'intensification du trafic d'esclaves ont eu un impact dramatique sur les différentes populations locales. Ces événements ont été suivis par de nouvelles perturbations venues de l’extérieur avec la colonisation britannique et l’arrivée des missions chrétiennes au début du 20e siècle. Les œuvres sont représentatives des styles artistiques propres à la Moyenne Bénoué et se caractérisent par des masques horizontaux de forme hybride (mi-homme, mi-animal), ainsi que des masques verticaux anthropomorphes. Beaucoup d’art statuaire évoque des ancêtres, des défunts, des esprits de la nature, au sein d’associations curatives. Les étonnantes ressemblances entre ces différents objets d'art reflètent le partage d’une même histoire et les alliances rituelles établies entre peuples voisins.

Haute Bénoué : capacités expressives et rituelles de l’argile 
  L’isolement relatif de la Haute Bénoué distingue cette région des autres par son terrain accidenté et vallonné qui permet aux populations locales de s'abriter face aux incursions des populations rivales, et notamment des cavaliers peuls. L'éloignement de la région explique aussi le maintien de certaines pratiques rituelles locales. Des exemples de la production artistique des huit différents groupes de cette sous-région sont ici présentés (Cham-Mwana, Longuda, Jen, Ga’anda, Bena, Yungur…). La prédominance des récipients en céramique au cœur des pratiques religieuses de la Haute Bénoué marque une nette rupture avec les figures en bois et les masques, typiques des deux autres sous-régions. À l'instar des sculptures en bois, les récipients en terre cuite servaient différentes fonctions rituelles telles que la guérison des malades, la protection des chasseurs et des guerriers, ainsi que l'activation de la présence de divers esprits ancestraux et protecteurs. On note ici comme ailleurs d'étonnantes convergences dans les styles et les fonctions des sculptures en céramique identifiées chez plusieurs groupes voisins, ce qui révèle l'étendue de leur communication et de leurs échanges historiques."
Terre cuite anthropomorphe itinate, Cham, Longuda, Bénoué, Nigeria © musée du quai Branly, photo Thierry Ollivier, Michel Urtado




Aucun commentaire: