LES  PUBLICATIONS  DE  L'ANTENNE   ICD 06      •La colonne centrale ci-dessous propose à la lecture les articles publiés par ordre chronologique, du plus récent au plus ancien.
     •Pour revenir en début de page, cliquer sur le bouton droit "Haut de page"
     •Pour revenir au début du blog, cliquer sur le bouton gauche "Retour Accueil"

25 novembre 2012

Les Ruches de Tori

MÈWY-YOVO DÉVELOPPE UNE ACTIVITÉ APICOLE

Du constat suivant:

•Des machines à "bois" sont disponibles
  .
•Le terrain est suffisamment vaste et
  l'espace inter-forêts sacrées bien protégé.
•L'expérience apicole de la forêt de Banté
  constitue une base de référence solide.
•Les 2 premières ruches de type
 "Langstroth" sont construites.


est né l'idée de construire quelques ruches, de les confier à des villageois que nous formerons sur place et de montrer ainsi tout le bénéfice qu'ils pourraient retirer de cette activité complémentaire.


Tout semble prêt pour se lancer dans l'aventure de l'apiculture...

Ruche Langsroth
Mèwy-Yovo lance le concept de parrainage de ruches:

•Une page dédié à l'apiculture parrainée sur le Blog
•Le nom du souscripteur sur la ruche et sur la page consacrée à la vie de nos ruches
•Le suivi de l'activité, photos des ruches et environnement
•et...chaque année, quelques pots de MIEL d'Afrique !!

Nous vous en faisons la proposition en Page "RUCHES ►parrainage"...
Lire la suite
        ▼

 Quelques élément destinés à "nourrir" cette réflexion...


L'expérience de Banté:

La forêt de Tobé est un espace naturel de 500 hectares protégé situé à 5 km du village de Koko dans la commune de Bantè, département des collines au centre du Bénin. L’apiculture a été initiée sur ce site en 1984. Cette activité source de revenus concernait 55 apiculteurs venus de 5 villages différents à son commencement.
Aujourd’hui, plus de 350 paysans ont choisi ce métier d’apiculteur au sein de 33 villages concentrés autour de la forêt classée d’Agoua, un autre site naturel préservé de la commune de Banté. Ils contribuent à la préservation de l’environnement, essentiel pour assurer la survie des abeilles et par conséquent une production suffisante de miel.
La visite de plus en plus fréquente de ce site par des touristes suscite un travail préalable pour éviter le développement d’un tourisme sauvage. Il est préférable que les apiculteurs acquièrent des compétences pour expliquer aux visiteurs les techniques de récupération du miel, d’affinement et de commercialisation qu’ils adoptent pour garantir l’un des rares miels de qualité en l’Afrique de l’Ouest. Le but ultime est de permettre aux paysans d’avoir un revenu additionnel et de consacrer une part des recettes à l’autofinancement de la ferme apicole.



Le principe du contrat de Parrainage vu par http://www.untoitpourlesabeilles.fr


Pourquoi proposer un parrainage de ruches ?
On le sait, les abeilles disparaissent, et les causes en sont multiples. Or, l’homme et la nature ont besoin d’elles. Parrainer une ruche, c’est donner naissance à une nouvelle colonie d’abeilles, donc permettre non seulement leur préservation, mais leur accroissement.
Devenir parrain c'est aussi s'afficher comme protecteur des abeilles et donner de la visibilité à ce phénomène de disparition des abeilles. C'est aussi soutenir l'apiculture



Quel est l'intérêt de parrainer une ruche pour une entreprise ?
Parrainer une ruche est un acte concret qui lui permet, parmi d'autres, de montrer son engagement en faveur de la protection de l'environnement. L'entreprise utilise son parrainage dans sa communication interne ou externe, grâce à ce que lui offrent les abeilles qu'elles parraine : leur miel.


Quel est l'intérêt de parrainer une ruche pour un particulier ?
Être parrain d'abeilles est une manière de montrer qu'on se préoccupe de l'environnement. C'est se faire également plaisir en dégustant un miel à son nom produit par ses abeilles, et de disposer d'un joli cadeau à offrir à son entourage.


Quel est l’intérêt pour un apiculteur d’accueillir des ruches de “Un toit pour les abeilles” ?
Le parrainage permet à l’apiculteur d’augmenter son parc de ruches en ayant la certitude de l'achat du miel qui en est issu à l’avance. C’est donc pour lui une garantie de revenus. C’est aussi un moyen de donner de la visibilité à son métier auprès de publics nouveaux.


Quel est le rôle de l’apiculteur au sein de Un toit pour les abeilles ?
Le premier rôle de l’apiculteur est naturellement d’exercer son métier avec toute sa compétence et toute sa passion. Dans le cadre de son partenariat avec Un toit pour les abeilles , l'apiculteur appose sur la ruche le logo du parrain, il prend régulièrement des photos pour permettre au parrain d’être informé de l’évolution de la ruche via le site, il assure la mise en pot, colle les étiquettes personnalisées et expédie la récolte de miel au parrain.

Cette responsabilité supplémentaire, et donc ce travail, qui lui sont demandés sont naturellement pris en compte dans
le prix d'achat du miel des ruches parrainées et précisé dans un accord de partenariat que Un toit pour les abeilles passe avec lui.


Pourquoi ne pas acheter tout simplement du miel aux apiculteurs et vendre ce miel aux entreprises et aux particuliers ?
Notre démarche vise à sensibiliser le public à la nécessité de protéger les abeilles, non seulement pour le miel qu’elles produisent, mais aussi pour leur rôle essentiel dans la pollinisation et la biodiversité.

Un toit pour les abeilles n’est pas un « marchand de miel », mais une entreprise engagée dans la réalisation de services et de produits originaux en relation avec le développement durable. Nous mobilisons tout notre savoir-faire d’entrepreneur pour faire prendre conscience du péril que courent les abeilles, et pour proposer une action innovante et concrète. Certes, cette action ne résoudra pas tous les problèmes des abeilles, ni même tous ceux de la filière professionnelle, mais nous contribuons, à la place qui est la nôtre, à proposer des solutions pragmatiques.


Le miel issu des ruches parrainées est-il bio ?
Nous inscrivons notre action dans une démarche générale de sauvegarde des abeilles et cela, dans toutes les régions, car tous les territoires ont besoin des abeilles.
Vous pouvez d'ailleurs parrainer des abeilles de France mais aussi au delà des frontières (Maroc, Belgique...) Certains territoires ne permettent pas de produire du miel bio si, notamment, les cultures dans un rayon de 2 à 5km ne répondent pas à certains critères.
Produire du miel bio ne dépend donc pas seulement des techniques utilisées par l'apiculteur, mais aussi de son environnement immédiat.
Certains de nos apiculteurs partenaires produisent du miel bio (la majorité), d'autres travaillent dans cette logique mais ne peuvent encore recevoir le label, notamment pour les raisons évoquées ci-dessus.
Néanmoins, si recevoir du miel exclusivement bio est une condition de votre parrainage, il vous suffira de nous le préciser sur votre bon de commande et nous répondrons alors à votre attente
.


Comment savoir quel type de miel je recevrai ?
L'apiculteur qui s'occupe de vos ruches produit un miel qui est le reflet de son territoire et de la flore qui le compose. Afin d'aiguiller vos choix, nous dressons les portraits des apiculteurs partenaires et de leur rucher.
Nous y indiquons les types de miel (forêt, marais, garrigue...), la consistance (crémeuse à liquide) et la présence en plantes et arbres mellifères chez chacun d'entre eux (lavande, acacia, tilleul, châtaignier..).
En revanche, nous ne pouvons garantir qu'un miel reçu une année sera exactement le même l'année suivante.
Cela dépend des fleurs butinées par les abeilles, des floraisons et de nombreux facteurs liés.





Comment a été déterminé le prix du parrainage d’une ruche ?
Le prix de parrainage d’une ruche prend en compte l’achat de la ruche, la création de l’essaim, son entretien, et les frais à engager jusqu’à ce que la production des abeilles, leur miel, arrive chez les parrains... C’est le travail de notre partenaire apiculteur.

Le prix prend également en compte tous les aspects qui permettent à
Un toit pour les abeilles de faire connaître son action, de développer son site, de créer les pages des parrains et d’entretenir la relation avec eux, de gérer les aspects administratifs et comptables, d’être en contact avec les médias pour qu’ils parlent des abeilles, de rechercher de nouvelles implantations de ruchers avec les apiculteurs…

C’est le travail de l’équipe de
Un toit pour les abeilles. Cette répartition du travail, en fonction des compétences de chacun, nous conduit à proposer à nos partenaires apiculteurs un partage équitable du prix d’un parrainage.


Le parrainage d'une ruche donne-t-il droit à une déduction fiscale.
La réponse est malheureusement non car nous ne sommes pas une association mais bien sous le régime "entreprise" tout comme chacun des apiculteurs inscrits dans ce projet.


La durée du parrainage est-elle fixée à l’avance ?
Oui, l’engagement minimum est de un an. Cela permet de financer l’installation de la ruche et la création de l’essaim, et laisse aussi le temps aux abeilles de faire leur travail. Cet engagement assure également à l’apiculteur un revenu fixe sur lequel il peut compter







Qu'est qu'une Ruche?
La ruche est constituée d'un toit, d'un corps, d'une planche d'envol, d'un trou d'envol, d'un couvre cadres et de cadres.
Le toit est en fer et en bois. Il sert à abriter les abeilles du vent, de la pluie et de la neige.
Le corps est la plus grosse partie de la ruche. Il ressemble à une grosse caisse. Il sert d'habitation aux abeilles. Il contient les cadres sur lesquels les abeilles rangent leurs provisions et élèvent leurs "enfants". Le corps est fabriqué avec du bois.
Le couvre cadres est en bois. Il sert à isoler la ruche. C'est lui que les abeilles collent avec la propolis et non le toit. S'il n'y avait pas le couvre cadres, le toit serait collé et l'apiculteur ne pourrait plus ouvrir la ruche.
Les cadres sont en bois. Le fil de fer des cadres permet d'accrocher la cire gaufrée.
Ils servent de placards et d'habitation aux abeilles.
La hausse est fabriquée en bois. Elle ressemble au corps mais elle est plus petite. Elle contient des cadres à sa taille, plus petits que ceux du corps.
Les cadres contiennent seulement du miel que l'apiculteur ramasse.


Vous voyez ici un pain de cire et en haut une plaque de cire gaufrée. La cire est fabriquée par les abeilles avec leurs glandes cirières situées sur leur abdomen. L'apiculteur prend les vieux cadres et récupère la cire. Il la fait fondre dans une chaudière à cire qui fonctionne comme une cocotte minute. La cire est ensuite versée dans un récipient où elle va refroidir et donc durcir. L'apiculteur porte son pain de cire chez un maître cirier qui utilise un laminoir pour fabriquer des plaques de cire gaufrée.
L'apiculteur place cette cire sur les cadres de la hausse et du corps. Cela permet d'avancer le travail des abeilles qui pourraient le faire seules. Ce sont elles qui fabriquent la cire. Mais l'apiculteur préfère que l'abeille passe le maximum de temps à ramasser du miel.

Le cycle de la cire. Étape 1 : fabrication de la cire par les abeilles.
Étape 2 : fonte de la cire et mise en bloc, en pain.
Étape 3 : fabrication de la plaque de cire gaufrée.

Si nous observons les deux cadres, nous voyons la complémentarité entre le travail de l'apiculteur et celui de l'abeille.
Le cadre du haut ne contient que la cire gaufrée posée par l'apiculteur.
Celui du bas a été travaillé par l'abeille qui a étiré la cire.

Parmi les diverses sortes de ruches, en voici deux :

 * La plus grande s'appelle ruche Dadant. Elle contient dix cadres dans le corps et neuf cadres dans la hausse. La plus petite s'appelle ruche Langstroth. Elle contient dix cadres dans le corps et dans la hausse. Les deux parties sont identiques.







Aucun commentaire: