LES  PUBLICATIONS  DE  L'ANTENNE   ICD 06      •La colonne centrale ci-dessous propose à la lecture les articles publiés par ordre chronologique, du plus récent au plus ancien.
     •Pour revenir en début de page, cliquer sur le bouton droit "Haut de page"
     •Pour revenir au début du blog, cliquer sur le bouton gauche "Retour Accueil"

24 juillet 2012

Chasseurs Nagô du Royaume de Bantè

Chasseurs Nagô du Royaume de Bantè - Les photographies

 Les Chasseurs Nagô du Royaume de Bantè forment une confrérie de chasseurs, placée sous l'autorité d'un Roi traditionnel. Le Royaume est situé au cœur du Bénin, dans la Forêt de Bantè. Le Royaume de Bantè se compose de vingt-sept villages, chaque communauté comptant un Chef Chasseur. 
Au-delà de l'activité de chasse, aujourd’hui limitée au petit gibier, les Chasseurs de Bantè se sont mués en protecteurs de leur environnement, de la Forêt de Bantè, et de leur patrimoine culturel, une culture riche et intimement liée à la forêt. 

Lire la suite
        ▼

La chasse revêt un caractère solennel. Elle débute par des louanges et est rythmée par des chants. Les louanges, marque de respect précédent l'acte de chasse, sont autant spirituelles qu'adressées aux animaux eux-mêmes, avec lesquels les Chefs Chasseurs affirment communiquer. Outre leurs fusils, ces derniers arborent un grigri et des habits voyants, tenue d'apparat réservée à la seule activité de chasse. Le grigri confère aux Chasseurs une invisibilité, d'où l'absence de camouflage. Ces aspects cérémoniaux sont au cœur du travail de Jean-Dominique Burton. Il présente un portrait de chaque Chef-Chasseur de Banté, soit trente-cinq, en tenue de chasse. Si la couleur des habits et de la peau est préservée, la nature, en arrière- plan, est au contraire présentée en noir et blanc, utilisée comme studio, renforçant l'opposition entre visibilité apparente, l'éclat des vêtements, et invisibilité rituelle.
Aux dépends de la chasse au grand gibier, aujourd'hui abandonnée, les Chasseurs se sont mués en acteurs essentiels de la préservation de leur environnement : par la défense de la Forêt de Bantè d'une part, par la protection de leur culture d'autre part. Dépositaires d'une tradition intimement liée à leur environnement, les Chasseurs Nagô conservent notamment une connaissance exceptionnelle de traitements à base de plantes médicinales. Jean-Dominique Burton associe à chaque portrait de chasseur un portrait de l'une de ces plantes, librement choisie par le chasseur photographié. Les vertus des plantes sont par ailleurs commentées par les chasseurs, ce qui révèle indirectement un aspect de la singularité et de l'histoire de chacun. L'âge des Chefs Chasseurs actuels varie de 51 ans, pour le plus jeune, à 105 ans, pour le plus âgé, une longévité qu'ils attribuent à leurs connaissances médicinales. Contrairement aux portraits de chasseurs, la nature conserve ici ses couleurs, le vert et le brun, ce qui accentue la communion des chasseurs et de leur environnement. La nature devient ici un personnage à part entière, vital pour les chasseurs et leur communauté.
La communauté Nagô de Bantè pratique le Vodoun, un Vodoun centré sur Ogou, Divinité du fer. L'importance attachée à celle-ci repose sur la tradition de chasse de Banté, en référence à la nature matérielle des armes et munitions utilisées. Le Vodoun est à vrai dire omniprésent et ordonne la vie de la Communauté. À la mort d'un Chef- Chasseur par exemple, le Bokonon, que l'on nommerait grossièrement un “devin”, consulte le Fâ afin de lui désigner un successeur. C'est donc l'art divinatoire qui désigne et confère à un Chef-Chasseur la puissance de son prédécesseur, non le Roi ou quelque autre autorité administrative.

L'origine du Royaume de Bantè

Au 14ème siècle, les autorités du Village de Bantè envoient des émissaires à l'est, sur les rives du Niger inférieur, à la recherche des Yorubas. Redoutables chasseurs, la réputation de ces derniers dépasse, de loin, à cette époque déjà, les frontières de l'actuel Nigéria. Bantè est alors en proie aux ravages d'un couple d'aigles, s'en prenant aux nouveau-nés qu'ils enlèvent et dévorent. C'est un chasseur Nagô, sous-groupe de l'ethnie Yoruba, qui en délivre les villageois. Les aigles sont tués, tâche dont seul un chasseur exceptionnel pouvait s'acquitter. Le héro de Bantè, Obiti, est originaire de Kobagbe, un village de la région de la Cité sacrée de Ilé-Ifè, berceau de l’humanité selon la légende Yoruba. En remerciement, le Village de Bantè s'offre à lui, désormais Roi protecteur, qui s'y installe, accompagné de sa famille. C'est ainsi que naquit, selon la tradition orale, la dynastie Nagô de la Forêt sacrée de Banté. Le Royaume a survécu aux aléas de l'histoire, bien qu'il ait été interrompu à plusieurs reprises. Il est aujourd'hui administré par son dixième Roi, Ade- Fouiloutou Laourou. Par son isolement géographique, en plein cœur du Bénin, et par le microcosme culturel qu'il forme, Bantè conserve un héritage traditionnel unique, magnifiquement préservé du tourisme et d'influences nigérianes, burkinabées, nigériennes ou maliennes.

Aucun commentaire: